The Kingsmen, « I Guess i was Dreamin’ » (1968)

Kingsmen

1968, donc. Loin du temps où le groupe de Portland triomphait avec sa version de « Louie Louie » (1963). Parmi tous les groupes du Northwest ayant adapté le morceau de Richard Berry, ce sont eux qui avaient décroché la timbale, coiffant sur le poteau, avec leur production à cinquante dollars, les Wailers (de Tacoma) ou leurs concitoyens Paul Revere and the Raiders.

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.

Les années suivantes, les Kingsmen surferont sur ce succès, en représentants les plus populaires de ce son du Nord-Ouest ignorant la British Invasion en cours et continuant à puiser son inspiration aux racines du rock and roll, courant dont les Sonics incarnent l’expression la plus extrémiste.

Las, quant les frat rockers sortent à la fin de l’année 1966 leur sixième et ultime album pour le label Wand, Up and Away, qui continuent d’aligner des reprises de standards comme Land of Thousand Dances ou Mustang Sally, l’attention du public américain s’est depuis un moment déjà tournée ailleurs….

Le salut, les Kingsmen essaieront de le trouver avec leurs derniers 45 tours, tentant désespérément d’attraper la vague psychédélique qui déferle alors. C’est sans doute le coproducteur de l’album Up and Away, Mark Wilday, qui suggéra à un groupe en mal de compositions originales crédibles de reprendre les deux titres qui nous occupent ici.

Reconnus comme des perles du freakbeat anglais aujourd’hui et figurant en bonne place sur toutes les compilations du genre parues depuis, il s’agit pourtant à l’époque de productions obscures émanant de seconds couteaux de la scène britannique. L’original d’On Love est l’œuvre de Skip Bifferty, un groupe de Newcastle ayant à son The Kingsmen.actif une poignée de singles et un (excellent) album tous parus sur RCA entre 1967 et 1968. Originaires aussi du nord d’Albion, The Fairytale se verront donner leur chance par Decca pour deux uniques 45 tours, I Guess i was Dreaming figurant sur le premier (et le meilleur) des deux.

Même si ce dernier morceau bénéficia d’une sortie Outre-Atlantique (sur London), on peut s’étonner de voir ces deux titre confidentiels repris par un groupe américain. L’explication est fournie par le CV du producteur Mark Milday, qui a en fait officié dans les studios d’enregistrement des deux côtés de l’Atlantique. On le retrouve ainsi en Angleterre aux manettes sur plusieurs enregistrements des légendaires The Attack : Created by Clive, Anymore Than i Do… ou la reprise du Try it des Standells.

Mais surtout, Milday est le producteur de la version originale de I Guess enregistrée par The Fairytale. Peut-être pensait-il avoir plus de succès avec ce titre en le faisant enregistrer aux États-Unis par les Kingsmen… Ce fut aussi un flop complet (c’est de loin leur disque le plus rare) qui précipitera la fin du groupe. Pourtant, la version des natifs de Portland égalait au moins l’original : elle en conservait les arrangements (ces interventions de piano mixées dans le rouge…) mais, moins lysergique, y ajoutait une voix et une basse plus dynamiques. Un poil plus Northwest, en somme.

  • Facebook
  • Twitter
  • Email
  • RSS

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>